Menu icoMenu232White icoCross32White
Présentation BAMA 2020 2019 2018 2017 Archives d'enquêtes Le TFF TFF 2 TFF 3 TFF 4 TFF 5 TFF 6 TFF 7 TFF 8 TFF 9 TFF 10 Dossier courses hippiques 2016 sommaire Dossier 2016 p1 Dossier 2016 p2 Dossier 2016 p3 Dossier 2016 p4 Dossier 2016 p5 Dossier 2016 p6 Dossier 2016 p7 Dossier 2016 p8 Dossier 2016 p9 Dossier 2016 p10 Dossier 2016 p11 Dossier 2016 p12 Dossier 2016 p13 Dossier 2016 p14 Dossier 2016 p15 Dossier 2016 p16 Dossier 2016 p17 Dossier 2016 p18 Dossier 2016 p19 Dossier 2016 p20 Dossier 2016 p21 Dossier 2016 p22 Dossier 2016 p23 Dossier 2016 p24 Dossier 2016 p25 Dossier 2016 p26 Dossier 2016 p27 Dossier 2016 p28 Dossier 2016 p29 Dossier 2016 p30 Dossier 2016 p31 Dossier 2016 p32 Dossier 2016 p33 Dossier 2016 p34 Dossier 2016 p35 Dossier 2016 p36 lexique Dossier 2016 lexique p1 Dossier 2016 lexique p2 Dossier 2016 lexique p3 Dossier 2016 lexique p4 Dossier 2016 lexique p5 Dossier 2016 lexique p6 Dossier 2016 lexique p7 Dossier 2016 lexique p8 Dossier 2016 lexique p9 Dossier 2016 lexique p10 Dossier 2016 lexique p11 Dossier 2016 lexique p12 Complément Dossier courses hippiques p1 Complément Dossier p2 Complément Dossier p3 Complément Dossier p4 Compélment Dossier p5 Complement Dossier p6 Complément Dossier p7 Complément Dossier p8 Complément Dossier p9 Complément Dossier p10 Complément Dossier p11 Complément Dossier p12 Complément Dossier p13 Complément Dossier p14 Complément Dossier p15 Complément Dossier p16 Complément Dossier p17 Complément Dossier p18 Tribunaux Presse Pétitions Enquêtes

 

VI. Une amende n’excédant pas six cents euros peut être infligée et l’autorisation de monter retirée, en cas de récidive, à tout jockey qui ne se conforme pas à ces prescriptions.
En outre, l’autorisation de monter est retirée pour une durée d’au moins quatre jours à tout jockey qui frappe sur les flasques d’un sulky avec sa cravache pendant le parcours.


Art. 77 : Contrôle de l’absence de substances prohibées dans les prélèvements biologiques effectués sur un cheval :


A - Aucun cheval déclaré partant dans une épreuve régie par le présent Code ne doit :
- faire l’objet, entre la clôture de son engagement dans ladite épreuve et l’épreuve concernée, de l’administration d’une substance prohibée telle que définie à l’article 3 § XXXIV du présent Code,
B L’entraîneur est dans l’obligation de protéger le cheval dont il a la garde et de le garantir comme il convient contre les administrations de substances prohibées.
Il est également responsable de la nourriture, des conditions de vie et d’hébergement, de la protection et de la sécurité des chevaux dont il a la garde.


Code des courses au galop (septembre 2017)


Là également dans ce code composé de 191 pages concernant les courses de galop très peu de choses sur le bien être du cheval et des interdictions pour éviter les souffrances.


Art. 85 :


I. Un cheval peut être interdit d’accès aux terrains d’entraînement, aux hippodromes et aux établissements appartenant aux Sociétés de Courses ou peut en être exclu, si son état sanitaire n’est pas conforme aux dispositions de l’article 137 relatif au contrôle sanitaire.
II. Aucun cheval ne peut participer à une course publique s’il est muni d’un dispositif ou d’un procédé destiné à modifier le passage ou la composition de l’air dans la trachée ou les voies nasales.
III. Aucun cheval ne peut participer à une course publique s’il a fait l’objet d’une névrectomie définie comme la section d’un nerf d’un ou de plusieurs de ses membres ou s’il a reçu dans les cinq jours précédant la course un traitement par ondes de choc, aussi appelé Shockwave Therapy.


Art. 128 :


I. Définition.- Les opérations avant la course consistent :
- contrôle de l’état sanitaire des chevaux déclarés partants,
- déclaration et contrôle des chevaux portant des oeillères,
Les opérations avant la course peuvent être également complétées par la vérification :
- des vaccinations,
- des ferrures,
- des cravaches,


Art. 137 :


II. Les Commissaires de France Galop peuvent, pour qu’un cheval puisse être autorisé à participer à une course régie par le Code des Courses au Galop, faire procéder à tout examen vétérinaire justifiant d’un état sanitaire compatible avec une telle participation.
Par ailleurs, les Commissaires de courses peuvent prendre la décision de faire examiner par le vétérinaire de service, tout cheval présenté dans un état physique pouvant le rendre incapable de défendre ses chances.
Le cheval n’est pas autorisé à courir si le rapport écrit du vétérinaire de service établit que le cheval est manifestement hors d’état de défendre ses chances.

 

30/36