Menu icoMenu232White icoCross32White
Présentation BAMA 2020 2019 2018 2017 Archives d'enquêtes Le TFF TFF 2 TFF 3 TFF 4 TFF 5 TFF 6 TFF 7 TFF 8 TFF 9 TFF 10 Dossier courses hippiques 2016 sommaire Dossier 2016 p1 Dossier 2016 p2 Dossier 2016 p3 Dossier 2016 p4 Dossier 2016 p5 Dossier 2016 p6 Dossier 2016 p7 Dossier 2016 p8 Dossier 2016 p9 Dossier 2016 p10 Dossier 2016 p11 Dossier 2016 p12 Dossier 2016 p13 Dossier 2016 p14 Dossier 2016 p15 Dossier 2016 p16 Dossier 2016 p17 Dossier 2016 p18 Dossier 2016 p19 Dossier 2016 p20 Dossier 2016 p21 Dossier 2016 p22 Dossier 2016 p23 Dossier 2016 p24 Dossier 2016 p25 Dossier 2016 p26 Dossier 2016 p27 Dossier 2016 p28 Dossier 2016 p29 Dossier 2016 p30 Dossier 2016 p31 Dossier 2016 p32 Dossier 2016 p33 Dossier 2016 p34 Dossier 2016 p35 Dossier 2016 p36 lexique Dossier 2016 lexique p1 Dossier 2016 lexique p2 Dossier 2016 lexique p3 Dossier 2016 lexique p4 Dossier 2016 lexique p5 Dossier 2016 lexique p6 Dossier 2016 lexique p7 Dossier 2016 lexique p8 Dossier 2016 lexique p9 Dossier 2016 lexique p10 Dossier 2016 lexique p11 Dossier 2016 lexique p12 Complément Dossier courses hippiques p1 Complément Dossier p2 Complément Dossier p3 Complément Dossier p4 Compélment Dossier p5 Complement Dossier p6 Complément Dossier p7 Complément Dossier p8 Complément Dossier p9 Complément Dossier p10 Complément Dossier p11 Complément Dossier p12 Complément Dossier p13 Complément Dossier p14 Complément Dossier p15 Complément Dossier p16 Complément Dossier p17 Complément Dossier p18 Tribunaux Presse Pétitions Enquêtes

 

Archives d'enquêtes

⚠️ Attention certaines images peuvent choquer !!⚠️

ENQUÊTES DE L'ANNÉE 2016

Bains-les-Bains

 

Nous sommes intervenus sur la commune de Bains-les-Bains suite à un signalement nous indiquant que des moutons n'avaient pas été tondus depuis au moins 5 ans. En cas de fortes chaleurs, ces moutons auraient pu mourir.

Nous avons donc rendu visite au propriétaire et lui avons demandé de tondre ses moutons au plus vite, chose qu’il a faite. Les moutons ont donc pu commencer à gambader librement à nouveau.

Photos ASPA Vosges

Relanges

 

Suite à différentes plaintes anonymes pour des odeurs nauséabondes et un surnombre d’animaux concernant un élevage de volailles, nous nous sommes rendus sur place.

Lors de notre première visite, nous n’avons pas pu entrer ni voir le propriétaire, nous avons donc conseillé au Maire de contacter la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations).

Après avoir reçu de nouvelles plaintes des riverains, nous avons décidé d’y retourner. Cette fois-ci nous avons pu entrer dans l’élevage et avons été pris au nez par une très forte odeur de fientes. Nous avons visité plusieurs pièces de la maison où se trouvait une partie de l’élevage. Ensuite, nous nous sommes rendus au sous-sol et nous y avons découvert plusieurs salles contenant des casiers où étaient entassées des cailles. Nous avons visité d’autres salles habitées par des volatiles semblables à des faisans, certains lapins étaient enfermés dans des demi-clapiers.

Nous avons constaté chez cet éleveur environ un millier de cailles réparties dans plusieurs salles dont certaines n’ont ni fenêtres ni aération, bon nombre de cailles sont entassées dans des casiers ou dans des pièces, certains lapins sont cloisonnés dans de très petites surfaces et les faisans sont plusieurs par clapier.

Nous avons déposé plainte contre cet éleveur au nom de L’ASPA Vosges pour mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique, apprivoisé ou captif.

Plusieurs semaines plus tard, nous recevons à nouveau des plaintes d’habitants nous précisant que les nuisances et la surpopulation des animaux continuent, et il nous indique surtout un charnier à ciel ouvert de 40 sacs poubelle éventrés et remplis de cadavres, de plumes et de carcasses.

Le propriétaire de cet élevage a été mis en demeure par la DDCSPP et a été obligé de diminuer le nombre de volailles à l’extérieur, et de faire appel à l’équarrissage pour faire disparaître tous ces cadavres.

Photos ASPA Vosges

ENQUÊTES DE L'ANNÉE 2015

Liffol-le-Grand

 

Pour cette enquête, nous avons été contactés par le Maire de Liffol-le-Grand nous demandant de venir en aide à deux chiens enfermés dans un magasin depuis une semaine. Le Maire avait aussi contacté la gendarmerie, la SPA et un huissier de justice.

Lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, des voisins sont venus nous indiquer qu’ils nourrissaient et abreuvaient les chiens grâce à une fenêtre qui était restée ouverte. A l’arrivée des gendarmes, ils nous ont indiqué que grâce à l’autorisation par le Substitut du Procureur ils pouvaient procéder à l’ouverture de la porte si le propriétaire des chiens de venait pas rapidement les récupérer. Le propriétaire du local est arrivé peu de temps après et nous a autorisés à rentrer dans le local.

Nous avons constaté que la pièce était recouverte d’urine et d’excréments, nous avons pu sortir la première chienne labrador croisée husky, nous avons ensuite procédé de même pour la chienne Jack Russell, mais nous avons remarqué que cette dernière avait de très grosses mamelles, cela supposait donc qu’elle devait avoir des bébés. Et en effet, nous avons trouvé un carton avec six chiots de 2 semaines environ.

Après ce premier sauvetage, le voisin du propriétaire des chiens nous a indiqué qu’il entendait d’autres chiens dans le logement que celui-ci avait quitté. La propriétaire de l’appartement est venue nous ouvrir et à son ouverture, une très forte odeur d’excréments se dégageait de l’appartement. Nous y avons trouvé 2 femelles Épagneul Breton.

Nous avons ensuite contrôlé les autres pièces avec un gendarme, elles étaient jonchées d’excréments, de couches usagées, de vêtements sales, etc. Dans un cagibi nous avons découvert 5 fusils de chasse, dont un avec une lunette.

Derrière une porte nous entendions de faibles aboiements, dans des w.c. de 1m² nous avons trouvé une chienne Jack Russell très maigre ainsi que 5 chiots d’environs 3 semaines.

Les femelles Jack Russell souffraient de déshydratation et d’amaigrissement, quant aux chiots certains souffraient d’un retard de croissance lié au manque de lait. Certains chiens n’étaient pas identifiés.

Après notre intervention, la Mairie a pris en charge les seize chiens.

Nous avons déposé plainte pour :

  • Abandon volontaire d’un animal domestique, apprivoisé ou captif
  • Mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique, apprivoisé ou captif
  • Privation de soin à un animal domestique ou à un animal sauvage apprivoisé ou captif par son éleveur, gardien ou détenteur
  • Détention de chien non identifié

Photos ASPA Vosges

ENQUÊTES DE L'ANNÉE 2014

Urville

 

Voici un petit historique de nos précédentes interventions chez cette personne avant celle-ci.

  • En 2006, nous sommes intervenus pour un chien attaché très court et des veaux se trouvant dans une cabane faite sommairement de planches, la hauteur du fumier était telle que les veaux touchaient le toit.
  • En 2007, nous sommes intervenus 3 fois pour un poulain souffrant d’une longue plaie à vif le long de son pied arrière gauche, en avril où nous avons constaté sa blessure. Le 27 août, celle-ci était devenue purulente et présentait un important gonflement. Le 30 août, avec l’accord du propriétaire, nous sommes intervenus avec notre vétérinaire spécialiste des chevaux qui a prescrit un traitement à donner au poulain. Pour le vétérinaire, ce cheval sera handicapé à vie.

Au mois de septembre 2014, nous recevons deux photos du poulain devenu alors jument dans un état inimaginable. Malgré le manque de soin porté à son cheval, le propriétaire l’a fait pouliner à plusieurs reprises.

Le 13 septembre 2014, après avoir été déposer plainte, nous nous sommes rendus avec les gendarmes à Urville où le vétérinaire nous a rejoints. Lorsque nous avons vu l’état de l’animal, le verdict du vétérinaire n’a pas tardé à tomber, il était préférable de l’endormir au plus vite pour la libérer de ses souffrances.

Photos ASPA Vosges